AccueilCes peintures sont à l'huileFamilles Boutard, Deconihout, Mustel, Crevel, CoutureSouvenirs de jeunesse par Sever BoutardDocumentationPhotos familliales

 

 

 

Dés le début du seizième siècle, de nombreux marins normands prirent part au développement du commerce maritime, ils naviguèrent sur toutes les mers et voguèrent vers les régions nouvellements découvertes. Parmi eux des marins de mes familles Boutard et Deconihout qui avaient pour port d'attache Jumièges ou le Mesnil sous Jumièges et dont j'ai reconstitué quelques voyages ci dessous.

 

 

MARINS BOUTARD

 

navires à Rouen

Navires ancrés a Rouen en 1525.
Détail du livre des fontaines de Jacques Lelieur.

 

15 juillet 1525,

Jean Boutard demeurant à Jumièges, maître du Nicolas est cautionné par Jean Onfroy sergent en la cour Laie, demeurant paroisse Saint Godard de Rouen (1).
(1) L’église de la paroisse se situait hors des murs de la ville. Saint Godard y fut inhumé en 1525. Elle se situe  rue Jacques Villon anciennement Rue Boutard (Nom gravé dans la pierre au dessus du panneau actuel). 

Rue Villon anciennement rue Boutard

27 mai 1532,

Jean Boutard demeurant à Jumièges hameau du Mesnil, maître de la Martine de 40 tonneaux étant sur les quais de Rouen frète sa nef à Nicolas Hauterique, marchand flamand, pour aller de Rouen en Flandres.

19 juin 1539,

Jean Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître du Nicolas de 60 tonneaux frète sa nef à François de Torrès bourgeois marchand de Rouen pour aller de Rouen à Lisbonne, Silves (Villeneuve) côte de l’Algarve (Portugal  ou de Leppe (Espagne) puis retour à Mildebourg en Zélande (hollande) ou à Rouen. Taux de fret : 7 livres 10 sols par tonneau rapporté à Rouen, 9 livres par tonneau rapporté à Mildebourg.

23-28 février 1541,

Pierre Boutard le jeune fils de Guillaume maître de la Marie de 60 tonneaux et dont Jean Deconihout est bourgeois pour un huitième emprunte à Martin De Maille bourgeois marchand à Rouen demeurant paroisse saint martin du pont (3)100 livres qui lui seront payées en 44 écus d’or soleil, puis 40 livres à Jean Cordier demeurant paroisse saint Denis (4) à Rouen 
(3)  appelée communément saint martin de la roquette ; elle en a retenue longtemps le nom.  Quand la reine Mathilde eut fait faire le pont de pierre, cette paroisse et la rue où elle se situait pris le nom de ce pont ; L’église fut nommée saint Martin du pont ou du grand pont, elle devait se situer en bas de la rue grand pont. Elle fut démolie au début du 19e  siècle.
(4) Connue depuis 1200, ce ne fut qu’au XVI siècle que l’on commença a édifier cette église sur d’anciennes ruines. Elle se situait entre les rues saint Denis, de la république et des halles (rue disparue)  et de l‘épicerie. Elle fut détruite pendant la seconde guerre mondiale

10 mars 1451,

Pétro Botar (Pierre Boutard) des environs de Roana (Rouen) arrive en rade de Civitavechia pour y charger 2506 cantares d'alun* à destinationde la Roana et Bertagna (Grande Bretagne)
L'alun* est un sulfate double d'aluminim et de potassium qui sert à fixer les teintures sur les étoffes et à clarifier l'eau.
le cantare vaut environ 50 kilos.

19 mars 1451,

Nicholas Botar (Nicolat Boutard) est à quai a Civitavechia pour y prendre 2210 cantares d'alun a destination des Frandres
A noter que ces voyages ont été fait en convoi avec le bateau de Roberto Bernardo qui charges 1612 cantares et Ricardo Correr (cordier) qui en emporte 3190

Les 18 juin, 22 et 28 juillet 1541,

Guillaume Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître de La Pardieu de 60 tonneaux, flottant au Halbe (havre) de Honfleur, prête à appareiller pour aller faire le voyage à Cadix, Leppe, Villeneuve (de l’Algarve) et retour à Rouen a reçu de Jean Roussel apothicaire de la paroisse Saint Erbland (2) de Rouen 50 livres qui en rapporteront 15, puis de Jean Cordier marchand de Rouen encore 50 livres. Enfin, il constitue pour ses procureurs Messire Nicolas Nepveu, prêtre, Nicolas et Jean Boutard ses frères.
(2)Son chevet touchait la rue des carmes tandis que sa façade se trouvait rue grosse horloge ; connue dés 1199, transformée en 1483 et reconstruite en 1505 En 1530 un portail fut ajouté du coté de la cathédrale. Le portail du grand pont. Elle fut démolie en 1824.

carte des cotes de l'europe et de l'afrique de l'ouest

Carte représentant les différentes destinations des marins normands
au Portugal, en Espagne et en Afrique de l'ouest.

12 et 17 juillet 1541,

Jean Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître du Nicolas de 60 tonneaux, frète sa nef à Guillaume de La Fontaine marchand de Rouen, pour aller de Rouen à Cadix, Saint Lucques, Leppe ou Villeneuve et retour à Rouen moyennant 435 livres et 20 livres pour les chausses. Il emprunte à Jean Cordier marchand de Rouen, 60 livres qui en rapporteront 15.

3 août 1541,

Clément Boutard, demeurant à Jumièges hameau du Conihout, maître de la Marie de 35 tonneaux prête à aller à Boulogne, emprunte 35 livres.

26 juin 1542,

Jean Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître du Nicolas flottant à Quillebeuf, prêt à aller à Cadix et Leppe (Espagne) et retour à Rouen emprunte 100 livres à Guillaume Vales.

18 septembre 1542,

Marin Boutard de la paroisse de jumieges maitre de la Julienne de 65 tonneaux, Marin Boutard faisait fort pour son frère Guillaume maître de la Marguerite de 60 tonneaux, s’obligent envers Anthoine du Bost, marchand de Rouen à aller au port et  havre de la baie Bouin Bourgneuf, pays de Bretagne faire leur chargement de sel et revenir à Rouen. Taux de fret 8 livres 10 sols par poise de sel rapporté.

16 novembre 1542,

Michel Boutard  et jean deconihout de retour de terre neuve  mettent à couvert 10 000 morues salées.

La nef la Romaine.(avec saint Clément sur sa dunette)
 Détail d’un vitrail de 1528 se trouvant dans l’église Saint Martin de Vatteville la rue.

23 avril 1543,

Pierre Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître de la Romaine prête à aller à Seulta (Afrique du nord), emprunte à Sohier Hanart 200 livres à 35%.

25 avril 1543,

Nicolas Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître du Nicolas en partance pour Seulta, emprunte  100 livres à 35% à Sohier Hanart.

8 février 1544,

Guillaume Boutard dit Cordonnier demeurant à Jumièges, maître de la Marguerite de 60 tonneaux prête à aller à Terre neuve emprunte à Michel Delamare demeurant paroisse Saint Etienne des Tonneliers (5) à Rouen 60 livres qui en rapporteront 24. Le 18 février il emprunte à  Raoullin le Prévost 60 livres qui en rapporteront 21. Son frère Marin maître de navire a cautionné.
(5) l’église était située à l’angle de la rue du même non et de la rue jacques le lieur , Antérieur à 1063, elle fut reconstruite de 1491 a 1533. Ces derniers vestiges furent détruits en 1946

16 février 1544,

Thenot (Estienne) Boutard, de Jumièges, maître de l'Espérance de 60 tonneaux présentement devant le dit lieu de Jumièges prête à aller à terre neuve,  emprunte 50 livres qui en rapporteront 20 à Jean Pignol demeurant paroisse Saint Denis(4) à Rouen. Sohier Havart a cautionné.

29 février 1544,

 Pierre Boutard le Jeune maître de la marie de 60 tonneaux dont jean Deconihout est bourgeois pour un huitième prête à aller à terre neuve. Jean deconihout  vend à Jeanne Le Franc  veuve de Pierre Pépin demeurant paroisse Saint Etienne des tonneliers (5) à Rouen un seizième du corps, des agrets et apparaulx de la dite nef moyennant 120 livres. Le 8 mars il reçoit de Jean Cossard teinturier demeurant paroisse sainte croix (6) à Rouen 70 livres pour le prix d’un demi quart de vivres.
(6) Saint croix des pelletiers
L’église est située dans la rue du même nom qui regroupait au moyen age les marchands de fourrures. 

Carte de la baie de Brouage

Ancienne carte de la baie de Brouage.

27 septembre 1544,

Estienne (Thienot) Boutard demeurant à  Jumièges, maître de l'Espérance de 60 tonneaux qui est rentré de terre neuve,vend à Claude Bourdineau marchand à Orléans un quart du corps du navire, des agrets, apparaulx, artillerie, bateaux et munitions de la dite nef moyennant 180 livres.

15 octobre 1544,

Jean Boutard demeurant à Jumièges, maître de la Bonnaventure de 40  tonneaux et Jean Nyvellet demeurant à Jumièges maître de la Romaine de 40 tonneaux étant devant Jumièges prêtes à aller à Bordeaux et retour à Rouen ont reçu 60 livres qui en rapporteront 18 de Guyot Gaillard demeurant paroisse Saint Martin du Pont (3) à Rouen.

10 octobre 1545,

Pierre Boutard de la paroisse de Jumièges, maître de l’Espérance de 60 tonneaux prête à aller à Brouage avec retour à Rouen reçoit de Sohier Hanart demeurant paroisse Saint-Vincent à Rouen (6) pour et au nom de Claude Bourdineau, bourgeois marchand d’Orléans, 50 livres qui en rapporteront 15.
(6) Cette paroisse à l’origine portait le nom de saint martin sur rive construite de 1468 a 1558. Elle se situait  à l’angle de la rue Jeanne d’arc et de la rue du général Girault
Elle due  sa prospérité a sa situation sur les rives de la seine. Les navires qui passaient chargés de sel lui devaient une redevance. Cette redevance était payée en nature avant 1649.

20 octobre 1545,

Michel Boutard demeurant à Jumièges, maître de la Bonnaventure de 70 tonneaux prête à aller à Brouage et retour à Rouen à reçu de Sohier Hanard pour et au nom de Claude Bourdineau 50 livres qui en rapporteront 15.

26 juin 1546,

Guillaume Boutard, dit Cordonnier de la paroisse de Jumièges, maître de navire, atteste qu’en mai dernier il a vendu et livré sur les quais de Rouen à Pierre des Comtes, facteur de Laurent Mathieu, bourgeois marchand de Paris, 36 muids de sel gros non gabellé, mesure de Paris, au prix de 23 livres le muid.
Le muid de paris valait 18 hectolitres. Le muid de sel  équivalait à un peu  plus de 24 hectolitres.

12  octobre 1548,

Nicolas Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître la Marie de 180 tonneaux présentement au Havre de Grâce prête à aller au Brésil et retour au Havre a reçu de Bonnaventure le François demeurant paroisse Saint-Vincent à Rouen (6) 50 livres qui en rapporteront 22 et 10 sols.
Dans un acte du 13 octobre il est précisé que le retour du Brésil s’effectuera par Marseille et Civiteviegre (Civitavecchia Italie) avant de rentrer au Havre de Grâce. Nicolas Boutard reçoit 100 livres de Jean de Saldaigne, sieur du Fay qui en encaissera  47 livres en plus pour le profil.

24 octobre 1548,

Pierre Boutard demeurant au mesnil sous Jumièges, bourgeois pour un quart et demi de l’Isabeau de 160 tonneaux, présentement au Havre de grâce, prête pour Civitevieges (Vivitacecchia) et  Livourne (Livourne) cote de l’Italie et retour au Havre de grâce à  reçu de Jean Le Pigny 100 livres qui en rapporteront 30.

Le 27 octobre 1548,

Pierre Boutard dit de Cesne maître de la marie de 80 tonneaux devant le port de Rouen et dont Richard Delamare de Gremonville est bourgeois pour un demi quart. Richard Delamare vend à Nicolas Turgis demeurant paroisse Saint Denis à Rouen (4) le demi quart du corps agrets, apparaulx, ancres, câbles, bateaux, artillerie, lances a feu, piques, poudres boulets, munitions de guerre et autres ustensiles servant et de présent en la dite nef moyennant le prix de 80 livres.  

 

Graffito d’une nef gravé dans l’église saint Jacques de Dieppe.

9 janvier 1549,

Raoulin Boutard demeurant à Jumièges, bourgeois pour un seizième de la Valentine de 60 tonneaux dont est maître est Richard Nyvelet, présentement devant les quais de Rouen et devant partir à Brouage charger du sel puis à terre neuve à reçu de Jacques Delamare  demeurant paroisse Saint Vincent à Rouen (6) 51 livres qui en rapporteront 15 livres et 9 sols.

9 février 1549,

Pierre Boutard demeurant à Jumièges, maître de la Jullienne de  70 tonneaux présentement devant Boulain, au lieu-dit de Jumièges prête à aller à Terre Neuve a reçu 25 livres de Nicolas Houssaye, demeurant paroisse Saint candé le Vieux(7) de Rouen.
(7) Elle était située place des hautes et basses vielles tour;
 À l’origine la chapelle des premiers dus de Normandie, dont le château était situé sur une partie de la place des vielles tour. Elle communiquait avec ce château par une voûte; Elle fut démolie au début du 18e siecle

11 février 1549,

Pierre Boutard dit Le Cesne demeurant à Jumièges, maître de la marie de 80 tonneaux prête à aller à Terre Neuves. Nicolas Turgis bourgeois pour un demi quart de la marie a reçu 200 livres de Claude Bourdineau bourgeois marchand à orleans. Le 27 octobre précédant  il avait acheté ce demi quart à Richard Delamare demeurant à Gremonville.

1er mars 1549,

Michel Boutard, fils du défunt Thiénot Boutard demeurant à Jumièges, maître de la Marie de 50 tonneaux présentement devant Caudebec en Caux, prête à aller à la Baie en Bretagne charger du sel et retour à Rouen reçoit 30 livres de Jean Valles.

navire

Navire sculpté au 16 siecle dans l’église Saint Martin de Veules les roses.

19 mars 1549

Petro Botard (Pierre Boutard) maitre de l'Isabella (Isabeau) au port de Civitavecchia pour y charger 3700 cantares d'alun à destination de Roana. la pesés de l'alun dura de fin février au 13 mars. il parti du Mesnil sous Jumiéges le 24 octobre 1548

24 septembre 1549,

Raoullin Boutard demeurant à Jumièges, maître de la Françoise de 55 tonneaux prête à aller à la baie charger du sel et retour à Rouen a reçu  50 livres d’Etienne de Laval.

24 septembre 1549,

Michel Boutard de la paroisse de Jumièges, maître de la Marie de 50 tonneaux, prête à aller à la baie charger du sel et retour à Rouen 50 livres  d’Etienne de Laval.

26 septembre 1549,

Pierre Boutard demeurant au Mesnil sous jumieges  maître de l’Isabeau, présentement au Havre de grâce prête pour appareiller pour Marseille et Civitavecchia (Italie), retour au Havre de grâce ou Honfleur, reçoit de Jean Pignie demeurant paroisse Saint-Denis à Rouen(4), 100 livres qui en rapporteront 32 pour profit.

 

Canon de marine

octobre 1549,

Pendant le séjour du roi Henri 2 au Havre arriva en rade un grand navire d’un nommé Boutard de Jumièges arrivant de barbarie (cote de l’Afrique de l’ouest) qui tira plusieurs coup de canon,
 « Pourquoi le roi et les princes s’encoururent sur la jetée de dehors la ville pour ce mettre sur la haute d’icelle. »
Il pourrai s’agir de Nicolas Boutard maître de la marie de 180 tonneaux parti pour le Brésil en octobre 1548. A  prendre avec précaution ?.

19 mars 1550,

Petro Botard (Pierre Boutard) maitre de l'Isabella (Isabeau) au port de Civitavecchia,
Nicolao Botardo avec son nave est également du voyage, ils ont chargé sur leurs navires 5707 cantares d'alun à destination de Rouen

8 avril 1551,

Nicolao Botardo avec son nave au port de Civitavecchia ou il charge de l'alun à destination de Rouen.

7 septembre 1551,

Vallentin boutard demeurant à jumieges maître de la julliene de 70 tonneaux prête à aller charger du sel en baie de Brouage puis à terre neuve
Valentin n’a pu faire le voyage  à terre neuve, celui-ci est uniquement allé en baie de Brouage prendre du sel et retour a rouen.

17 novembre 1554,

Pierre Boutard demeurant à  Jumièges, maître et bourgeois pour un quart sur la Marguerite de 75 tonneaux vend à Nicolas Alleaume un demi-quart du corps du navire prêt à aller de Jumièges à Terre-Neuve.

11 février 1555,

Pierre Boutart dit le cesne demeurant à Jumièges maître pour un seizième de la Marye de 80 tonneaux dont est maître Guillaume Morin présentement  au Havre prête à aller à la baie de Brouage chercher son sel puis à terre neuve et retour à Rouen ou au Havre obtient un prêt de Jehan Petau d’ orleans pour le ravitaillement de sa nef. Le 15, il emprunte à Marie Stample veuve de Claude le Vasseur  par l’intermédiaire de Claude le Begue. Le 20 février, il vend à Richard Mayer un seizième du corps du navire.

13 février 1555,

Nicollas Boutard de Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart de la Michelle de 140 tonneaux prête à aller de Honfleur à terre neuve emprunte à Jehan Petau d’orleans. Nicollas. Valles a cautionné.

 15 février 1555,

Nicollas Boutard demeurant à Jumièges, maître pour un demi-quart sur la Katherine de 110 tonneaux présentement au Havre prête à aller en baie de Brouage prendre du sel puis à terre neuve avec retour à Honfleur ou à  Rouen emprunte à Marie Stample veuve de Claude le Vasseur. 

18  février 1555,

Michel Boutard de la paroisse de Jumièges, maître et bourgeois pour un quart de la Marie de 60 tonneaux, prête à aller de Quillebeuf à Terre-Neuve et revenir à Rouen emprunte à Tassin Loys. Pasquet Voessin a cautionné.

 19 février 1555,

Michel Boutard de Jumièges, bourgeois pour un demi-quart de la Barbe de 60 tonneaux dont le maître est Philipe Byzet prête à aller de Honfleur à la Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et retour à Rouen emprunte à  Nicollas Blondel et à Tassin Loys. Le maître du navire a cautionné. Le 20, il emprunte à Tassin Loys.

 20 février 1555,

 Guillaume Boutard demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart de la Trinité de 110 tonneaux amarrée au Havre prête à aller en Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve avec retour à Rouen emprunte à Jehan Petau d’orleans. Richard Maier a cautionné.

 
Marchands

Marchands sur un quai à l’arrivée d’une nef.
détail de l'enluminure accompagnant un chant royal du Navigateur Dieppois Jean Parmentier en 1527.


20 février 1555,

Marin Boutart de Jumièges, maître et bourgeois pour un quart sur le Robin de 80 tonneaux au port du Havre et bourgeois pour un demi-quart sur la Jullienne de 70 tonneaux également  au Havre.

Vallentin Boutard maître pour un demi-quart sur la Françoyse de 55 tonneaux présentement au Havre.

Raoullin Boutard maître pour un seizième sur la Marie de 100 tonneaux également au Havre.
Ces navires sont prêts pour aller en Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve .Ces maîtres ont emprunté a Tassin Loys.

21 février 1555,

Pierre Boutart dit Le Sesne, demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart de la Marguerite de 70 tonneaux vend à Nicolas Delahaye un demi-quart des corps et vivres de la dite nef prête à aller de Quillebeuf à Terre-Neuve et revenir à Rouen. Le 23, Il  emprunte à Martin Leconte. Guillaume Regnault, bourgeois pour un demi-quart a cautionné. Le 1° mars, il emprunte à Pierre Hellis. Le 6, un Transport est fait par Guillaume Le seigneur sieur des Croix d'une somme due à Richard hucher.

22 février 1555,

Raullin Boutard  dit Pétou demeurant Jumièges, maître et bourgeois pour un quart sur la Françoise de 60 tonneaux emprunte à Tassin Loys pour le ravitaillement du navire prêt à aller du Havre en Baie de Brouage prendre son sel puis à Terre-Neuve et retour à Rouen.

 23 février 1555,

Valentin Boutard demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart sur la Jullienne de 70 tonneaux prête à aller du Havre à la Baie de  Brouage prendre son sel, puis à Terre-neuve et retour à Rouen emprunte à Tassin Loys, à Martin Hue et le 1° mars, il emprunte à Pierre  Ygou. Pierre Poyvreau a cautionné. Le 2, il emprunte à Guillaume Nepveu.

23 février 1555,

Jehan Boutard dit Somichon de la paroisse de Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart sur la Magdeleine de  80 tonneaux prête à aller du Havre en Baie de Brouage prendre son sel, puis à aller à Terre-Neuve et retour à Rouen emprunte à Marin Hue.

7 mars 1555,

Michel Boutard demeurant à Jumièges Maître de la Barbe de 60 tonneaux prête à aller en Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et retour au Havre, à Honfleur ou à Rouen emprunte à Symon Le Sueur. Nicollas Vallès a cautionné.

 

Marin a barbe rousse

Marin à barbe rousse.
Détail d’un vitrail de l’église saint Valentin de Jumieges.
Cette caractéristique permettait aux indiens de les distinguer des marins Portugais ou Espagnol.


6 juin 1555,

Michel Boutard demeurant à Jumièges, maître de la Marye de 55 tonneaux donne procuration à Jullien Roulland, pour restituer la nef, les vivres et le sel. Le navire faisant route vers Terre-Neuve a été pillé par un navire flamand.

29 janvier 1557,

Pierre Boutard dit Le Sesne, demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un quart sur la Marye de 110 tonneaux prête à aller de Jumièges à Terre-Neuve vend à Nicollas Alleaulme un seizième du corps et des vivres de la nef. Le 30, il emprunte à Laurens Cardin de Troyes. Guillaume Regnault a cautionné. Le 19 février il donne procuration à ces fils Nicolas et Jehan Boutard ainsi qu’à Jehan Tuiller. Le 9 mars il emprunte à Michel Biard.

 5 février 1557,

Nicollas Boutard demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour cinq seizièmes sur l'Espérance de 150 tonneaux prête à aller du Havre à la Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et retour à Rouen, emprunte à Laurens Cardin de Troyes. Jehan Seguyn a cautionné. Il emprunte également à Nicolas Bongardz d'Orléans. Richard Cordier, de Jumièges a cautionné. Le 10, il  achète à Pasquet Vessin,  un seizième du corps de la dite nef. Le 23, il emprunte à Tassin Loys.

20 février 1557
,

Nicolas Boutard de la paroisse de Jumièges, maître et bourgeois pour un seizième de la Marye de 90 tonneaux prête à aller du Havre en Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve emprunte à  Nicolas Bongars d'Orléans. Le 9 mars, il achète des rentes et héritages de Pierre Harent du havre.
.
 23 février 1557,

Richard Boutard demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart de la Barbe de 70 tonneaux prête à aller de Jumièges en Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et retour à Rouen emprunte à Tassin Loys. Marin Boutart, maître de navire, a cautionné.

 23 février 1557,

Marin Boutard, demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un quart sur le Robin de 80 tonneaux à Honfleur et bourgeois pour un seizième sur la Vallentine de 100 tonneaux également à Honfleur emprunte à Tassin Loys.

26 février 1557,

Nicolas Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges maître et bourgeois pour un quart de la Barbe de 150 tonneaux prête à aller du Havre à la Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et revenir au Havre emprunte à Estienne Petau, d'Orléans ainsi qu’a Symon Lesueur. Pierres Boutart, maître de navire demeurant au Mesnil sous Jumièges, a cautionné.

9 avril 1557,

Michel Boutard demeurant à  Jumièges, bourgeois pour un demi-quart sur la Barbe de 70 tonneaux vend à Thomas Loisel et Loys Mahieu,  un demi-quart du corps du navire à Honfleur dont le maître est  Philippot Bizet.

8 mai 1557,

Pierre Boutard maître et bourgeois de la marie demeurant au mesnil sous jumieges de retour de terres neuve avec 5 autres navires (La loyse, la vallentine, le jacques, La marye, l’espérance) vend à Claude Bourdineau le jeune d’orleans sa cargaison de morues rapportées à Rouen. La vente est effectuée par Jehan Seguyn.

Canon de marine    Pavillon pirate                       

Début août 1557,

Nicolas Boutard maître de la barbe de retour de terre neuve se fait capturer par des flamands.

9 septembre 1557,

Nicolas Boutard maître de la barbe étant prisonnier à fressinge sur l’ancienne île de Walcheren, province de Zélande au pays bas, une attestation est faite part des compagnons de l’équipage à propos de la prise du navire et de la rançon exigée pour sa libération.
Une reconnaissance de dette est faite envers Guillaume Lebourg pour le paiement de la rançon exigée pour la libération de Nicolas et des autres membres de l'équipage retenu prisonniers à Flessingue depuis les 7 et 8 août. Jehan Videcoq, du Havre, a cautionné.
Des témoignages sont  fait par plusieurs membres de l’équipage à propos de la prise en mer par des navires flamands de la Barbe, dont le maître est Nicolas Boutart.

 

Vitrail église de Villequier

Vitrail de l’église Saint Martin de Villequier représentant la salamande navire de Jean Ango qui en 1523 attaqua deux navires Espagnoles revenants d'Amérique chargés de richesses.


13 janvier 1558,

Nicolas Boutart dit Sergent demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour cinq seizièmes sur l'Espérance de 130 tonneaux vend à Jehan Peres de Barasonette un quart du corps du navire prête à aller du Havre à Terre-Neuve en  compagnie d’ autres navires.

09 décembre 1558,

Marin Boutard, demeurant à  Jumièges, bourgeois pour un seizième sur la Marye de 100 tonneaux dont le maître est Pierre Avril de Jumièges, vend à Pierre Eudes de Caumont un seizième du corps du navire étant présentement au Havre. Pierre Eudes sera le maître du navire.

 1560 ,

Des marins normand d'origine de Dieppe créés saint Louis du Sénégal.

26 janvier 1559,

Jehan Boutard dit Somichon demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart sur la Katherine de120 tonneaux prête à aller de Honfleur à la Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et retour  à Rouen, Honfleur ou le Havre emprunte à Jehan Pavyot. Pierre Greiffert a cautionné.
Le 9 février 1559, il emprunte ainsi que Jehan Boutard à Nicolas Bongars, d'Orléans, Pasquet Vessin a cautionné.

9 février 1559,

Marin Boutard demeurant à Jumièges maître de navire achète à Oulyvier Athynas, de Honfleur, bourgeois  pour un seizième sur un navire, un seizième du corps et vivre d’ un navire de 55 tonneaux chargé de sel de retour à Rouen lors de son dernier voyage en Bretagne.

9 février 1559,

Marin Boutart de la paroisse de Jumièges, maître et bourgeois pour un quart sur le Robin de 80 tonneaux au port du Havre  prête à aller à la Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et retour au Havre ou à Honfleur. Emprunte à par Jehan Caillou.

10 février 1559,

Pierres Boutard demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître de la Katherine de 200 tonneaux prête à aller de Jumièges à la Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et revenir à Rouen, le Havre ou Honfleur emprunte à Nicollas Bongars d'Orléans, Guillaume Hue a cautionné. Le 11 février 1559, il emprunte à Jacques Noël, d'Orléans,  Guillaume Hue a cautionné. Le 20 février 1559, ilemprunte à Laurens Cardon de Troyes.

7 janvier 1561,

Pierre Boutard dit Le Cesne, demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un quart et demi sur la Marie de 120 tonneaux au Havre vend à Jehan Durant le jeune et Pierre Baronun demi-quart du navire de retour de Terre-Neuve.

Nef

Nef du XV siécle

16 janvier 1561,

Pierre Boutard dit Boisselier, demeurant à Jumièges, compagnon " allouer " sur la Valentine de 60 tonneaux dont le maître est Raoullin Clerel du navires prêt à aller du Havre en Baie de Brouage prendre du sel, et à Terre-Neuve et retour au Havre ou à Rouen emprunte à Estienne Lefebvre.

24 février 1561,

Marin Boutard demeurant à  Jumièges, maître et bourgeois pour un quart sur le Robin de 100 tonneaux à Honfleur et bourgeois pour un demi-quart sur la Françoise 70 tonneaux à Quillebeuf dont le maire est Byn Corvée, de Jumièges prêtes à aller en Baie de Brouage prendre leur sel puis a Terre-Neuve  et revenir au Havre ou Honfleur emprunte a Jehan Durant le jeune.

13 décembre 1561,

Jehan Boutard demeurant a Jumièges hameau du conihout, maître de navire effectue une reconnaissance de dettes envers Mahiet Hue pour la vente et la livraison d'ollones. (Variété de voiles qui se fabriquaient dans plusieurs localisées de Bretagne dont Ollonnes).

1564,

Nicolas Boutard (Butar) maitre de la nef la Francoise de 110 tonneaux dont le port d'embarquement est Jumièges est mentionné dans un ouvrage "une famille de marchands, les Ruiz" dans la région de Tolfa.
Pierre Boutard (Peter) maitre de la nef Isabelles est également cité.

20 mars 1565,

Nicolas Boutard demeurant à jumieges, maître de navire bourgeois pour un quart sur la Barbe de 60 tonneaux dont est maître et bourgeois pour un demi-quart Pierre Guerould du Landin, prête à aller de Honfleur en Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et revenir au Havre ou à Honfleur. Jehanne Le Cordier femme et procuratrice de Nicolas emprunte à Jehan Hue Pierre Guerould, maître du navire a cautionné.

31 janvier 1572,

Jehan Boutard demeurant à Jumièges, maître bourgeois et avitailleur pour un quart et demi sur la Marye de 60 tonneaux  prête à aller à Terre-Neuve et revenir au Havre emprune à Jehan Deshayes pour l’armement du navire.

19 février 1572,

Pierres Boutard  dit Carbonneau demeurant à Jumièges, maître de la Vallentine de 60 tonneaux prête à aller du Havre à Terre-Neuve et revenir au Havre emprunte à Gracye Paix.  Jehan Boutard dit Carbonneau père a cautionné. Le 19 février 1572, Pierre Cordier demeurant à Jumièges emprunte à Charles Raisin pour l’armement de la dite nef. Le maître de navire a cautionné.

29 janvier 1575,

Pierres Boutard demeurant à Jumièges, maître, bourgeois et avitailleur pour un quart sur la Michelle de 70 tonneaux prête à aller du Havre à Terre-Neuve et retour au Havre emprunte à Aulne Cornu veuve de Roger Hedouin.  Jacques Faulcon a cautionné.

29 février 1576,

Vallentin Boutard demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour trois seizièmes sur la Loyse de 120 tonneaux, vend à Jehan Castel, sieur de Bellay un seizième du corps et des vivres de la nef prête à aller du Havre à Terre-Neuve  et retour au Havre.

14  mars 1576,

Vallentin Boutard de Jumièges, maître de navire donne procuration à Nicollas Auger.

13 avril 1576,

Vallentin Boutard demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart de la loyse de 110 tonneaux prête à aller du Havre à la Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et revenir au Havre emprunte à Pierres Feron de Rouen, bourgeois et avitailleur pour la moitié de la dite nef.

 16 novembre 1583,

Nicollas Boutard dit Cordonnier demeurant à Jumièges, vend à Nicolas Le Marye, maître de navire par l'intermédiaire de Guillaume Lebas un quart de l'Espérance de 90 tonneaux et la maîtrise du navire au Havre, de retour de Terre-Neuve.

26 janvier 1585,

Richard Boutard dit Soisson demeurant au mesnil sous jumieges hameau du Conihout, vend à Paul Lefebvre un demi-quart de l'Espérance de 60 tonneaux de retour de Terre-Neuve, amarrée au quai de Boutard. La part appartenait à Clément Boutard, son frère décédé. La reconnaissance de l'acte a lieu le 27 janvier 1585.

 

MARINS DECONIHOUT 

Nef du début du XVI siécle.

15 juillet 1525,

Jean de Conihout demeurant à jumieges maître de la Catherine de 70 tonneaux est cautionné par Jean Avril, bourgeois marchand de la paroisse Saint-Vincent de Rouen (1).
(1) Cette paroisse à l’origine portait le nom de saint martin sur rive. Elle se situait  à l’angle de la rue Jeanne d’arc et de la rue du général girault.
Elle due  sa prospérité a sa situation sur les rives de la seine. Les navires qui passaient chargés de sel lui devaient une redevance. Cette redevance était payée en nature avant 1649 (un boisseau de sel= 48, 6 l par navire). Elle fut détruite en 1944.

11 août 1535,

Jean de Conihout demeurant à Jumièges maître la Marguerite de 50 tonneaux frète sa nef à Guillaume Boinet ainsi qu’a Robert et Nicolas de Saint-Pierre demeurant paroisse Saint-Vincent de Rouen (1) pour aller de Rouen à Lisbonne, Saint Lucques et Leppe (Espagne) ou la côte de l’Algarve  (Portugal) et retour à Rouen avec escale à Lisbonne.
Taux de fret : 6 livres par tonneau, aller et retour.

9 mai 1536,

Jean de Conihout le Jeune demeurant à Jumièges, hameau du Conihout, maître d’une nef nommée Saint Jacques de 65 tonneaux, affrète cette nef à André de Malmende marchand de Rouen, lequel s’oblige à partir au premier temps convenable du quai de Rouen jusqu'à Cadix, d’où il partira 6 jours après son arrivée, s’il lui est commandé par les facteurs pour la Grande Canarie ou il prendra sa pleine charge et reviendra décharger à Rouen et lui sera payé 7 livres, 10 sols de fret pour chaque tonneau de marchandise qu’il rapportera de Cadix ou de Leppe. Et s’il rapporte de la laine il aira quarante sols par balle, et s’il va à la grande canarie il aura 10 livres de fret par tonneau de marchandise qu’il en rapportera.
Et avec ce 35 livres pour ces chausses s’il na va qu’ Cadix et s’il va à la grande canarie, il aura 40 livres pour les dites chausses.
Il devra avoir sur la dites nef 14 hommes et un page, 2 passevolants (faux soldats), 6 berches (bouche a feu de petit calibre), de la poudre et des boulets à l’avenants.

14 février 1542,

Jean de Conihout demeurant  à Jumièges maître de la Marguerite de 60 tonneaux et bourgeois pour un huitième de la Marie de 60 tonneaux dont est maître Pierre Boutard le jeune fils de Guillaume prêtes à aller à Terre-Neuve emprunte 100 livres à Richard Maineault, bourgeois marchand de la paroisse Saint-Michel (2) de Rouen.
Ils sont de retour en novembre 1542 et mettent a couvert 10000 morues séchées.
(2)L’église Saint Michel était située à l’est de la place du vieux marché, à l’extrémité de la place du vieux marché (à l’angle de la rue de la pie et du vieux palais. Son clocher fut détruit lors d’un ouragan en 1563. Elle fut démolie en 1833

29 mars 1542,

Jacques de Conihout demeurant au Mesnil sous Jumièges, bourgeois pour trois sixièmes sur la Romaine de 45 tonneaux, prête à aller à Boulogne puis Neuchâtel (Newcastle Angleterre) charger du charbon de terre puis retour à Rouen, emprunte 20 livres à Guillaume Vallès demeurant paroisse Saint-Jean de Rouen (3).
(3)Elle était située a  l’emplacement de l’actuel place Foch, devant le palais de justice. Son existence est attestée depuis 1198. Elle fut rebâtie à la fin 15 siècle. Elle était l’une des plus grande et des plus décorée de la vile. Elle fut démolie vers 1813.

18 septembre 1542,

Pierre de Conihoult demeurant à jumieges maître de la Marie de 60 tonneaux.
Jacques de Conihoult dit Raoul de la paroisse de jumieges maître de la Marye de 60 tonneaux.
Robert de Conihoult fils de Colin de jumieges maître de l'Aventure de 65 tonneaux
S’obligent envers Amboise Le Bots marchand de Rouen à aller au port du havre à la baie Bourgneuf, pays de Bretagne faire leur chargement de sel et revenir à Rouen. Taux de fret 8 livres 10 sols par poise de sel rapporté.

Dessin

Batiment à trois mâts portant 2 étages de voiles au mât de misaine et au grand mât et une voile aurique sur antenne à l'artimon; deux chateaux, l'un à l'arriere, l'autre à l'avant avec le bec de carraque, reste des navitres du siécle précédent; l'arriére est carré.

Dessin extrait du registre de la confrérie de charité de la paroisse Saint Léonard de Honfleur en 1539.

 

15 mars 1543,

Clément de Conihout demeurant à Jumièges, maître du Sauveur emprunte 100 livres à 35% à Sohier Hanart  avant de partir à Terre-Neuve, le 27 juillet 1543, il  emprunte à Sohier Havart, au nom de Claude Bourdineau d'Orléans.

18 février 1544,

Jean de Conihout, Pierre Pille, Jacques Gervais, Guillaume Dehors, Marin Deshayes, Guillaume Tuvache demeurant au Mesnil sous Jumièges tous compagnons de la Martine (ou la marye) de 70 tonneaux dont est maître Jacques de Conihout, dit Raoul présente devant Jumièges prête à aller à Lisbonne, Argille (Asilah) et Mazagan, cote de Barbarie (Afrique de l’ouest) et retour à Rouen reçoivent de Guillaume Valles, demeurant paroisse Saint-Jean de Rouen (3) 240 livres pour acheter des marchandises. L’intérêt sera de 84 livres.

23 février 1544,

Clément de Conihoult dit Huppe demeurant à Jumièges, bourgeois pour un demi-quart sur la Margueritte de 60 tonneaux dont le maître est Guillaume Boutard dit Cordonnier prête à aller à Terre-Neuve et revenir à Rouen emprunte 40 livres à Michel Delarue.

29 février 1544,

Jan de Conyhoult demeurant à Jumièges bourgeois pour un huitième de la Marye de 80 tonneaux prête à aller terre neuve et dont le maître est Pierre Boutard le jeune vend à Jeanne Le Franc veuve de Pierre Peppin demeurant paroisse Saint Etienne des Tonneliers (4) à Rouen  un seizième du corps, des adrets, et apparaulx de la dite nef moyennant 120 livres.
(4) l’église était située à l’angle de la rue du même non et de la rue jacques le lieur
Antérieur a 1063, elle fut reconstruite de 1491 a 1533. Ces derniers vestiges furent détruits en 1946

21 octobre 1544,

Guillaume de Conihout demeurant à Jumièges maître de la Marie de 70 tonneaux, rentrée de terre neuve prête à aller à Bordeaux puis retour à Rouen emprunte à Jean Cordier 120 livres qui en rapporteront 36.

29 janvier 1546,

Jacques de Conihoutl (Colin Heult) demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart de la Marye de 70 tonneaux à reçu par Guillaume Alleaume demeurant paroisse Saint Candé le Vieux de Rouen (5) 100 livres qui en rapporteront 40. L’argent sera utilisé pour le nettoyage et la réparation de la nef et l’achat de vivres et de sel, la nef devant aller pêcher la morue à Terre Neuve.
(5) Elle etait située place de la haute et basse vielles tour
 À l’origine la chapelle des premiers dus de Normandie, dont le château était situé sur une partie de la place des vielles tour. Elle communiquait avec ce château par une voûte
Elle Fut démolie au début du 18 sieclex.

26 juin 1546,

Nicolas de Conihout et Pierre de Conihout, cousins demeurant à Jumièges, Nicolas étant maître du Nicolas de 35 tonneaux, prête à aller faire le voyage à Brouage pour y charger du sel et retour à Rouen, Pierre étant bourgeois pour la moitié de la dite nef, reçoivent de Bonnaventure François, demeurant paroisse Saint-Vincent de Rouen (1) 30 livres qui en rapporteront 6.

 

Dessin d'un terre neuva sur un registre marchand vres 1540.

11 janvier  1549,

Jehan de Conihoult demeurant au Mesnil sous Jumièges maître et bourgeois pour un demi-quart sur la marye de 70 tonneaux et présente à Jumièges devant aller à Terre Neuve a reçu 50 livres d’Estienne de Laval.Le 1 février  il reçoit de Pierre et Thomas Bachelet frères 50 livres qui en rapporteront 17 et le 1 mars in reçoit encore 100 livres de Pierre Delamare chaussetier de la paroisse Notre Dame de la Ronde a Rouen (6).
(6) Elle se trouvait à la place de l’actuelle rue touret, face à la cour du palais de justice.
La forme presque ronde, la nef, les cahiers qui sont modernes avec la tour parfaitement ronde lui ont donné le nom qu’elle porte pour la distinguer des autres églises, qui ont comme elle le nom de notre dame. Elle fut démolie en 1798.

23 janvier 1549,

Guillaume de Conyhoult dit Raoul demeurant à Jumièges maître et bourgeois pour un quart de la Marie de 80 tonneaux prête à aller à Terre Neuve   reçoit 100 livres d’ Estienne de Laval.

28 janvier 1549,

Jehan de Conihoult demeurant à Jumièges maître de la Lienarde de 70 tonneaux prête à aller de jumieges en Bretagne prendre du sel puis a terre neuve et revenir à Rouen emprunte à Guillaume Mustel. Le 1er février 1549 il emprunte 50 livres pour 17 fait à Pierre et Thomas Bacheller frères.  Pasquet Voessin a cautionné. Le 1° mars 1549, il emprunte 100 livres à Pierre Delamarre, chaussetier à Notre Dame de la Ronde à Rouen (6), Laurens Nepveu a cautionné.

8 février 1549,

Clément de Conihoult dit Huppe demeurant à Jumièges bourgeois pour un demi-quart de la Benoiste de 90 tonneaux dont est  maître Pierre Cordier demeurant à Jumièges prête à aller à Terre Neuve reçoit 100 livres de Nicolas Leroy. Le 28 alors que la nef est partie pour Terre Neuve, Robinet Cordier frère de Pierre Cordier reçoit 100 livres de Nicolas Turgis.

12 février 1555
,
Estienne de Conihoult de la paroisse de Jumièges maître du sauveaur de 100 tonneaux prête à aller à Terre-Neuve et revenir à Rouen emprunte à Jehan Petau, d'Orléans. Le 16 mars 1555, la nef est partie. Guillaume Nepveu de Barneville bourgeois pour un seizième de la dite nef emprunte à Guillaume Deplasme. Laurens Nepveu a cautionné.

22 Février 1555,

Michel de Conihout demeurant à jumieges, maître de bourgeois pour un demi-quart de la barbe de 80 tonneaux prête à aller du Havre en baie de Brouage chercher de sel puis à terre terre-neuve et retour au Havre emprunte à Tassin Loys. Mynault Vauquelin demeurant à Jumièges a cautionné.

30 janvier  1559,

Jacques de Conyhoult dit Raoul demeurant à Jumièges, maître de navire  achète des parts sur le Nicolas de 90 tonneaux appartement à Richard Cordier de "tous et tels droits, parts, portions, noms, raisons, actions et réclamations". 

 8 février 1559,

Pierres de Conihoult demeurant à Jumièges, maître et bourgeois pour un demi-quart sur la Katherine de 100 tonneaux, prête à aller de Honfleur à la Baie de Brouage prendre son sel, puis à Terre-Neuve et retour à Rouen emprunte à Laurens Cardon de Troyes. Le 9 février 1559, il emprunte à Jehan Caillou. Le14  novembre 1560, il achète à Robert Turgis bourgeois, un seizième du corps du navire à Honfleur.

 


Détail d'un vitrail de l'èglise de Vatteville la rue

Détail d'un vitrail de l'église Saint Martin de Vatteville la rue.

        
16 janvier 1561,

Jehan de Conyhoult demeurant à Jumièges pilote sur la Magdalene de 70 tonneaux au Havre prête à aller à la Baie de Brouage prendre du sel puis à Terre-Neuve et revenir au Havre ou à Rouen emprunte à Estienne Lefèvre.

29 janvier 1561,

Pierre de Conihoult demeurant à jumieges, maître de la Catherine de 100 tonneaux actuellement à Honfleur de retour de terre-neuve achète un demi-quart du corps du navire à Jehan Le Vasseur dit Bocquet bourgeois de ce demi quart. Le07 février la nef estprête à aller de Honfleur à la Baie de Brouage prendre de sel, puis à Terre-Neuve et retour au Havre ou à Honfleur vend à Pierre Rocgue  un demi-quart du navire. Le 07 février 1561, il vend à Pierre Rocgue un demi-quart du navire.

5 janvier 1566,

Pierre de Conihoult demeurant à Jumièges maître et bourgeois de trois seizièmes de la Catherine de 120 tonneaux prête à aller de Honfleur à Terre-Neuve et retour au Havre ou à Honfleur. Robert Turgis bourgeois pour un seizièmes de la dite nef emprunte à Jehan Vymont sieur de Beaumont. Le 9 janvier 1566, Pierre vend à Jehan Castel et Michel Lequesne  un quart des vivres de la nef. Le 25 février il emprunte de Mahiet Hue. La nef est  prête à partir le 1er mars de Honfleur.  

30 janvier 1566,

Jehan de Cognihoult demeurant au Mesnil sous Jumièges maître de navire fait un bail à louer à Pierre Chapelle.

16 mars 1566,

Jacques de Conyhoult dit Raoul demeurant à Jumièges maître et bourgeois pour un quart sur le Saulveur de 80 tonneaux prête à aller du Havre à la Baie de Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et revenir au Havre ou à Honfleur. Emprunte à Robert Turgis.

25 février 1568,

Jacques Cohnihoult dit Rault demeurant à Jumièges agissant pour lui et son fils Guillaume maître du Saulveur de 80 tonneaux prête à aller de Honfleur en Bretagne ou à Brouage prendre du sel puis à Terre-Neuve emprunte à Pierre Mazure procureur de son frère Estyenne de Paris.

11 janvier 1570,

Jacques de Conyhoult dit Raul demeurant à Jumièges pour lui et son fils Guillaume qui est maître du Saulveur de 80 tonneaux prête à aller de Honfleur à la Baie ou à Brouage prendre du sel, puis à Terre-Neuve et revenir à Rouen. Emprunte à Pierre Laillet, sieur de Saint-Cler.

28 novembre 1572,

Jehan et Denis de Conihoult, frères demeurant au  Mesnil sous Jumièges, faisant au nom de leur père Robert bourgeois pour la moitié du Saulveur de 70 tonneaux dont est maître Jehan de Conihoult, vendent à Jacques Duhamel sieur de Gouy un quart du corps du navire prêt à aller de Mesnil sous Jumièges à Terre-Neuve. Le navire est sorti de Caudebec où il a pris son pain.

14 février 1573,

Jehan de Conihoult demeurant au Mesnil sous Jumièges maître et bourgeois pour un demi-quart du Saulveur de 60 tonneaux prête à aller à Terre-Neuve et revenir au Havre ou à Honfleur emprunte à Lucas Boullaye l'aîné. Jehan Hue du Havre a cautionné.

12 décembre 1573,

Jehan de Conihoult demeurant au Mesnil sous Jumièges maître du Sauveur de 70 tonneaux achète à Jehan Hue du Havre un demi-quart du corps de la nef.

13 octobre 1582,

Vallentin de Conihoult  dit Flamant demeurant au Mesnil sous Jumièges, maître et bourgeois pour la moitié de la Bonnadvanture de 70 tonneaux vend à Pierre Enouf dit Marais et Robert Turgis un demi-quart à chacun et à Guillaume Fleurigant et Robert Dryer l'autre demi-quart du corps du navire au Havre, de retour à Terre-Neuve.

4 février 1583,

Valentin de Conihoult demeurant à Jumièges maître de la Bonneadvanture de 70 tonneaux partie du Havre pour aller à Terre-Neuve  ou le Banquereau et revenir au Havre emprunte à Guillaume Souldey Jacques Clerel et Jehan Duquesne, de Jumièges, ont cautionné.

 

voilier partant

A suivre en fonction de mes découvertes.......